Frédéric Cogghe

Bruxellois dans l’âme, j’habite Koekelberg depuis plus de 10 ans et je suis papa de 3 filles (de 8 à 11 ans). Enseignant de formation, j’ai souhaité, il y a 5 ans, bénéficier du statut de détaché pédagogique pour me diriger vers le monde associatif.  Ce changement m’a clairement permis  prendre du recul sur mon métier ainsi que sur mes pratiques. Grâce à mes nouvelles fonctions qui me permettent de rencontrer tous les acteurs de l’Enseignement par les biais de formations que j’organise, j’ai pu constater ses forces mais surtout les défis qui l’attendent… Notre Société évolue, l’école peu… Changer notre Ecole n’est pourtant pas si compliqué, mais le politique doit aider les enseignants, apprendre à mieux les écouter et leur donner les moyens humains et financiers pour y arriver.

Je propose :

  • de remettre l’enfant au centre de ses apprentissages
  • de mieux valoriser les accueillants extrascolaires par le biais de formations adaptées à  leurs besoins
  • d’encourager les projets de classe ou d’école innovants en décernant un prix citoyen chaque année
  • créer plus de ponts entre les écoles de la commune, qu’elles soient francophones ou même néerlandophones
  • de mettre en place un groupe de réflexion pour permettre d’appliquer de nouvelles pédagogies au sein des équipes
  • encourager les collations « santé » et bannir la junk food des écoles

Dans le cadre de mes déplacements professionnels, je suis souvent amené à prendre la voiture car je me déplace dans des endroits isolés en province. Pour ce faire, je fais appel  au service alternatif de voitures partagées.

Je propose que :

  • les voitures partagées (de type CAMBIO ou autres), pour encourager ces initiatives,  puissent bénéficier d’un accès à la zone bus.
  • Limiter la vitesse des véhicules circulant dans la commune à 30km/h afin de faire diminuer les taux de CO2 autour de la Basilique (zone la plus polluée de Bruxelles)

Papa de trois filles pleines de vie, elles aiment s’amuser, se défouler durant leurs temps libres  à l’extérieur. Pourtant, les espaces récréatifs de la commune ne sont, pour ma part, pas assez attractifs pour les enfants. Le Parc Elisabeth en possède un mais celui-ci n’attire guère les enfants de plus de 5 ans. Celui-ci est d’ailleurs trop souvent bondé, par manque d’espace. Prenons les exemples du bois du Laerbeek, et d’autres parcs bruxellois qui auront su tirer avantage du lieu qui leur était offert : une aire de jeux qui se confond dans la nature, un parcours aventure, …

Je propose de :

  • repenser les espaces récréatifs dans le Parc Elisabeth : plus vaste, plus attractif pour tous les âges (de 1  à 99 ans) et plus soucieux de la nature qui l’entoure
  • pérenniser et valoriser cette magnifique initiative citoyenne qu’est le bar Eliza
  • reverdir les espaces dans les rues, sur les trottoirs, les façades, …
Share This